La pluie

Flic, revoilà la pluie qui pleure en italique,

Floc, sur le toit pentu de la vieille bicoque,

Flic, et dans un tempo monotone et cyclique,

Floc, comme des grelots, les gouttes s’entrechoquent.

 

Flic, ruisselant bientôt sur le sol famélique,

Floc, traçant des serpents sinueux et loufoques,

Flic, la pluie vient verser au thym, au basilic,

Floc, au frêle olivier les bienfaits de l’époque.

 

Flic, l’escargot ravi cesse alors sa supplique,

Floc, s’étend tout entier hors sa coque baroque,

Flic, la nature émue, ô, plaisirs bucoliques,

Floc, entend du printemps le moite soliloque.

 

Flic, au loin les crapauds chantent, mélancoliques,

Floc, du clocher pointu sonne la joie de Pâques;

Flic, le soleil bientôt éclairera, oblique,

Floc, ces enfants joyeux qui sautent dans les flaques!

 

Rémy

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site